Suivez nous sur:

Actualité

Zouan hounien- opération vengeance contre la SMI, des véhicules incendiés, des routes barrées

Publié

le

Cinq (05) véhicules entièrement calcinés et un (01) autre caillassé. C’est le bilan en représailles de la mort accidentelle d’un conducteur de taxi-moto causée par un véhicule de la mine d’or d’Ity. 

Selon les informations recueillies auprès des autorités policières, dans la matinée du lundi 23 novembre, un conducteur de taxi-moto avec deux personnes à son abord est rentré en collision avec un véhicule de la société minière d’Ity. Le drame est survenu lorsque le chauffeur de l’engin à deux roues voulait éviter un nid-de-poule.

Malheureusement, le conducteur est mort sur-le-champ. L’un des passagers s’en est sorti avec une jambe broyée. Une dame se trouvant avec eux au moment de l’accident a été préservé. Elle sort indemne de l’accident.

Toujours selon notre source, les villageois et des conducteurs de taxi-moto, irrités de la mort de leur frère, se sont organisés et attaqués à tout.

Sans autre forme de procès, ils ont mis le feu à cinq (05) véhicules de la mine et ont caillassé un autre. Les villageois ont également dressé des barricades le long de la route sur l’axe Kouepleu- Zouan-Hounien.

Informées de la délicate situation, les autorités administratives ont régi sans attendre. Une équipe mixte de la police et de la gendarmerie est envoyée immédiatement sur les lieux. Les négociations pour aboutir à la levée des barricades dureront jusqu’à 18 heures. L’heure à laquelle, les manifestants ont décidé de lever les barrages.  Bloqués à la mine depuis le matin pour d’autres et à Zouan-Hounien, les travaillent n’ont pu bouger que vers 18 heures sous une forte escorte des forces de l’ordre. Au moment où nous mettons sous presse, des pourparlers sont en cours pour ramener définitivement la quiétude dans cette localité aurifère.

Solange Oulaï

NOS PARTENAIRES

Publicité

SUIVEZ-NOUS SUR:

CONTACTEZ-NOUS

NOS CATÉGORIES

A LA UNE

"Si l'abre savait ce que la hache lui réservait, il ne lui aurait jamais fourni le manche" (Proverbe africain)