Suivez nous sur:

Actualité

Terrorisme- Un courrier adressé à une autorité à Tengrela par des individus se réclamant d’Azawad

Publié

le

Le commandant de la Brigade Tengrela a rendu compte « d’une lettre de menaces Djihadistes dont copie a été remise au commandant de Tengrela par le sous-préfet de cette localité » mardi 16 février 2021 à 18h.

Suivant le message transmis au commandement de la gendarmerie, « Les auteurs revendiquent la présence militaire ivoirienne au Nord du Mali. »

« Et en représailles, ils disent être déjà installés sur le territoire ivoirien et positionnés dans toutes les villes du Nord, notamment Tengrela, kouto, Gbon,Boundiali, Korhogo, M’bengué, Ferké, Odiénné pour mener des actions éclatées avec la complicité de certains démobilisés qui ont déjà fait leur preuve lors de la dernière attaque de kolondieba au Mali » indique le message transmis aux responsables sécuritaires de Boundiali et Tengrela.

Ainsi, le Commandant Brigade Tengrela de la Gendarmerie Nationale fait savoir qu’ « Au regard de cette lettre de menaces, toutes les unités sont en alerte maximum. Les autorités  administratives et militaires de la région sont informées. »

Le courrier rédigé à la main et dont laurore.net a pu prendre connaissance des griefs et autres remontrances qui constituent le fondement de cette action.

« Les ex-combattants démobilisés qui en ont gros sur le cœur à l’égard de votre classe dirigeante sont des atouts pour nous. Et pour joindre l’acte à la parole, nous sommes en parfaite collaboration avec un bon nombre de démobilisés » écrivent ces individus qui se réclament du groupe terroriste Azawad, installé dans le Nord du Mali.

Les 15 et 16 février 2021, le terrorisme était à l’ordre du jour de la réunion du G5Sahel et de la France. Le président français, Emmanuel Macron a assuré à ses pairs africains dont les pays sont engagés dans la lutte contre le terrorisme en Afrique de l’Ouest, Tchad, Mauritanie, Niger, Mali et Burkina, assistés des autres pays menacés tels la Côte d’Ivoire, le Bénin et le Sénégal, que la force Barkhane ne réduira pas ses effectifs. En tout cas pas pour le moment.

Le courrier manuscrit adressé au sous-préfet de Tengrela mentionne que les ex-combattants démobilisés qui auraient pris part à une opération au Mali, « ont rejoint Odiénné, leur ville de résidence après leur mission. »

« Bon nombre d’entre eux nous ont fait allégeance et ont hâte à agir sur votre territoire » soutient le rédacteur de la lettre de menace, précisant que « notre réseau de renseignement est performant. »

Le contact du sous-préfet de Tengrela est même en leur disposition et figure dans le courrier manuscrit.

L’état-major général des Armées a procédé à un mouvement des hommes. Ainsi Le colonel Fofana Losseny devient le commandant de la 3è région militaire de Bouaké en remplacement du Col-Major Ouattara Zoumana qui lui, dépose ses valises à la tête de la 4è région militaire de Korhogo. Conjointement, il aura la lourde charge de conduire les opérations de sécurisation de la frontière Nord et justement de proposer un schéma de riposte face à ce type de menace terroriste.

A l’analyse, une source sécuritaire assure que « c’est une manœuvre des démobilisés pour exister dans la conscience des autorités » avec la précision que l’attaque de Kolondieba à laquelle il est fait allusion a eu lieu en 2015.

Adam’s Régis SOUAGA

NOS PARTENAIRES

Publicité

SUIVEZ-NOUS SUR:

CONTACTEZ-NOUS

NOS CATÉGORIES

A LA UNE

"Si l'abre savait ce que la hache lui réservait, il ne lui aurait jamais fourni le manche" (Proverbe africain)