Suivez nous sur:

Actualité

Santé- La région de Gbèkè dotée d’un centre régional des secours d’urgence de Santé publique

Publié

le

Pour prévenir et intervenir dans laps de 2h de temps après la survenue d’un risque sanitaire, à impact humain, animal ou floristique, l’Etat de Côte d’Ivoire, en réaction aux risques naturels également, a créé le Centre des Opérations d’Urgence supervisé par l’ONPC, l’Office national de la protection civile.

Mais, il lui faut pour la coordination, un système de gestion des incidents qui est selon Dr Chérif Djibril, « la colonne vertébrale du Centre des opérations d’Urgence ».

Dans un contexte de lutte contre la pandémie à Covid-19, après Abidjan, ce sont les villes de San Pedro et Bouaké, avec plus de 300 cas détectés qui sont la cible de l’intervention des autorités sanitaires et administratives.

C’est ainsi que jeudi 8 avril 2021, à la salle de réunions de la préfecture de la région de Gbèkè, a été installé le Centre des opérations d’urgence de santé publique coordonné par la Directrice régionale du ministère de la santé et de l’hygiène publique, Dr Bamba Fatoumata Touré.

Selon Nahounou Lanwis Gogoua, représentant local de l’OMS chargé du suivi de la santé mère et enfant et de la Covid-19, avec l’apparition de l’épidémie d’Ebola en Guinée en 2014, les systèmes de santé en Afrique de l’Ouest ont été ébranlés d’où « la stratégie de renforcement de notre système de sanitaire » en Côte d’Ivoire, par l’appui à la mise en place du Centre des opérations d’urgence. Il s’agit « d’apporter une réponse à toute urgence de santé publique » a-t-il soutenu.

L’objectif d’installation des Centres des opérations d’urgence dans cinq régions ivoiriennes est selon Dr Chérif Djibril, épidémiologiste, consultant, « de parvenir à une unité d’actions des acteurs de santé publique ».

Il estime qu’il y a « nécessité de mettre à disposition les moyens financiers pour faire face à l’urgence ». Les « avantages » dira-t-il, résident dans « l’approche normalisée et évolutive » de la gestion des urgences.

Or, à Bouaké, depuis le 1er janvier 2021, à en croire Dr Bamba Fatoumata Touré, Directrice Régionale du ministère de la Santé et de l’hygiène publique, « nous avons triplé le nombre de décès » dus à la Covid-19.

« Nous sommes parmi les régions prioritaires » pour la vaccination pour laquelle 10.000 doses de vaccin sont déjà arrivées à Bouaké à destination des cibles connues, le enseignants, le personnel des forces de sécurité et de défense, le personnel médical et de santé. Et les personnes du 3è âge.

« C’est dans ce cadre que l’International Rescue Committee (IRC), à travers les Centres de Contrôle et de Prévention des Maladies  (CDC), bénéficie d’un financement du GHSA et bien d’autres partenaires techniques et financiers, pour la prévention et la riposte contre les maladies à potentiel épidémique en Côte d’Ivoire. Le Projet PREMICES ou projet de Prévention des Maladies Infectieuses par la Communauté Engagée dans la Surveillance est le projet né de cet Accord de Partenariat entre l’IRC et le GHSA. Pour cette année fiscale 2021, les sites d’intervention et de mise en œuvre du Projet PREMICES sont essentiellement les régions sanitaires du Sud Comoé et du Gbêkê » lit-on dans le document d’orientation du projet.

L’ONG IDEAL INTER (Initiative Développement Environnement Afrique Libre International), qui depuis 20 ans est engagée dans la sensibilisation contre le VIH-SIDA a été sélectionnée pour la mise en œuvre du Projet PREMICES dans la Région Sanitaire du Gbêkê.

Adam’s Régis SOUAGA

NOS PARTENAIRES

Publicité

SUIVEZ-NOUS SUR:

CONTACTEZ-NOUS

NOS CATÉGORIES

A LA UNE

"Si l'abre savait ce que la hache lui réservait, il ne lui aurait jamais fourni le manche" (Proverbe africain)