Suivez nous sur:

Actualité

Région du Tonpki- Mabri renie le roi du Tonkpi et annonce les couleurs de la campagne pour les législatives prochaines

Publié

le

Après 9 mois d’absence du territoire régional du Tonpki, Mabri Toikeusse Albert, chef de file de l’opposition dans le Tonkpi est arrivé jeudi 18 février 2021 à Man. Devant ses inconditionnels, Mabri Toikeusse a donné les raisons de son absence prolongée. Aussi, a-t-il nargué ses compagnons d’hier pour les nombreux travaux lancés qui sont restés sans suite. 

<<Je suis heureux de vous retrouver après 9 mois d’absence. J’ai refusé de venir à l’ouest car il se racontait que je voulais faire un coup d’État. Je suis soulagé car Man reste Man. Le Tonkpi reste le Tonkpi. Mon Gloudeuh c’était le chef de canton. En dehors de ça, il n’y a pas de Gloudeuh ici dans le Tonkpi. Je suis fier que nous nous remobilisons. Je sais que vous pleurez car, il se racontait que j’étais mort. Je voudrais vous dire que Dieu, sur lequel nous comptons ne peut pas accepter que deux enfants de la même famille disparaissent dans les mêmes conditions. Les conditions dans lesquelles, Gueï Robert est mort.…>>, a-t-il indiqué à l’entame de son propos.

Et de poursuivre pour dire que: << Je suis de retour à Man, à Abidjan, en Côte d’Ivoire auprès de mes parents pour terminer ce que nous avons commencé. C’est la victoire, la joie qui est au bout. Man, notre ville et  le Tonkpi sont une région d’hospitalité. Nous avons construit Man avec tous les gens venus d’ailleurs. Nous demandons le respect et la considération. Le chef du village c’est l’ancêtre du village. Et c’est ce que nous demandons. Et nous allons rétablir cet ordre  à Man>>, a martelé Mabri Toikeusse.
De passage, il a salué la présence à son accueil les partis politiques de l’opposition, à savoir, le  PDCI, le FPI, l’EDS, le GPS, le COGEP, et AGIR. <<Je vous assure des bénédictions des présidents Gbagbo et Bédié. Nous sommes ensemble pour la paix, la cohésion sociale>> a-t-il fait savoir.
Se prononçant sur les élections législatives du 6 mars prochain, a invité la population à voter les candidats de l’opposition. <<Dans quelques jours ce sera l’élection des députés. Les députés sont ceux qui votent les lois. Nos palabres en Côte d’Ivoire depuis des années émanent des lois mal interprétées. Il faut que vous confiez vos avenir à celui en qui vous croyez. Nous voulons des députés proches de la population. Nous ne voulons pas de député qui une fois élu, change de camp ou qui ne revient plus vers les parents.

Je ferai campagne contre eux. Il y a des députés que changent de couleur. Mes frères et moi nous vous faisons la promesse de rester digne de Man>>, a-t-il promis.
Pour lui tout ce qui se fait en période électorale, n’est que chantage.

<<On ne doit pas attendre les élections pour faire du chantage en faisant les routes. J’espère que la route Biankouma-Sipilou est en train d’être faite. Je pense bien qu’en allant chez moi à Zouan-Hounien, c’est sur du bitume neuf que je passerai. Et aussi que la route Zouan-Hounien-Toulepleu est faite aussi. Tous ces chantiers ont été lancés en grande pompe. Et il se dit même que j’ai bloqué par moment les travaux>>, a-t-il révélé.
Toutefois, il reconnaît les quelques efforts faits par le pouvoir d’Abidjan. <<Je félicite le gouvernement pour avoir fait quelques kilomètres de goudron à Man. Man ne mérite pas seulement 13 kilomètres de goudron mais bien plus. Même si on ne peut pas avoir 50 kilomètres comme Korhogo. Mais je demande davantage>>, a-t-il signifié.
Et de terminer pour dire à ses partisans, qu'<<il faut leur dire que le chef est venu, les discours sont finis. 
Nous ne sommes pas xénophobes, tribalistes, mais nous sommes fiers>>.
Solange Oulaï

NOS PARTENAIRES

Publicité

SUIVEZ-NOUS SUR:

CONTACTEZ-NOUS

NOS CATÉGORIES

A LA UNE

"Si l'abre savait ce que la hache lui réservait, il ne lui aurait jamais fourni le manche" (Proverbe africain)