Suivez nous sur:

Actualité

Réconciliation nationale- KKB (Ministre de la Réconciliation nationale):”J’ai bon espoir qu’on va s’en sortir”

Publié

le

Kouadio Konan Bertin dit KKB, ministre de la réconciliation nationale, a affiché, vendredi 19 février 2021, son optimisme quant à la réconciliation nationale et la fin des violences observées pendant les élections en Côte d’Ivoire.

Ce vendredi matin, sur les antennes de RFI Afrique, KKB a, parlant de la réconciliation nationale, annoncé son départ dès la “semaine prochaine” pour rencontrer les ivoiriens “en exil“.

J’ai projeté ce voyage à Accra pour rencontrer de nombreux ivoiriens qui sont encore en exil et qui manifestent le désir de retourner“, a-t-il expliqué.

S’ils doivent revenir dans leur pays, ce que nous souhaitons, c’est que ce retour soit encadré. Celui qui est indiqué pour encadrer ce retour, c’est le ministre de la réconciliation nationale“, a poursuivi le Challenger d’Alassane Ouattara à la dernière présidentielle ivoirienne, le 31 octobre 2020.

Après le pays voisin du Ghana, KKB indique vouloir mettre le cap sur l’Europe pour y rencontrer l’ex président Laurent Gbagbo et  Charles Blé Goudé qui sont en Belgique et à la Haye depuis leur acquittement en première instance par la Cour pénale internationale.

Mais s’agissant de Laurent Gbagbo, rien n’est encore acquis, à en croire KKB. Par contre, concernant Charles Blé Goudé, il souligne qu’ “entre Blé et moi c’est fluide”.

Nous nous parlons tous les jours. Avec Blé Goudé je n’ai pas besoin de négocier un accord préalable pour le voir. Il est disposé à tout moment à me rencontrer. Le président Gbagbo sort de prison, c’est un ancien président qui a un agenda. On a besoin de discuter avec lui pour avoir son accord, sa disponibilité“, a-t-il souligné.

Revenant sur sa position de participer à la présidentielle du 31 Octobre 2021, contrairement au boycott de toute l’opposition et principalement d’Henri Konan Bédié qu’il considère comme son “père”, KKB semble n’avoir aucun regret.

Je comprends que son souhait aurait été que je le suive dans sa démarche de boycott. Moi je veux être cohérent dans ma vie, de faire ce que je veux dans la politique. Je ne m’engagerai jamais par culture dans les boycotts en plus actifs parce qu’on met des vies des citoyens en danger. Je n’ai pas suivi cette voie”, a-t-il martelé.

Pour KKB, il faut à présent tourner la page.
Il faut laisser derrière soi pour construire l’avenir”, a-t-il invité.

Enfin, abordant les législatives prochaines, il dit avoir “des raisons de penser que tout va bien se passer“. “Il n’y a pas de risques de craindre quoi que ce soit”, a-t-il affirmé.

Néanmoins, en sa qualité de ministre chargé de la réconciliation, il dit ” multiplier les contacts pour faire comprendre aux Ivoiriens que la violence depuis une trentaine d’années ne fait pas de bien à la Côte d’Ivoire”

Les ivoiriens commencent à être fatigués de toutes ces choses. J’ai bon espoir qu’on va s’en sortir“, a-t-il laissé entendre.

I.T

NOS PARTENAIRES

Publicité

SUIVEZ-NOUS SUR:

CONTACTEZ-NOUS

NOS CATÉGORIES

A LA UNE

"Si l'abre savait ce que la hache lui réservait, il ne lui aurait jamais fourni le manche" (Proverbe africain)