Suivez nous sur:

Actualité

Mali- La classe politique malienne affligée suite à la brusque disparition de Soumaïla Cissé

Publié

le

Le chef de l’opposition malienne, Soumaila Cissé, est décédé à Paris, à l’âge de 71 ans, 25 décembre 2020, jour de célébration de la fête de la Nativité chez les chrétiens. Il avait le coronavirus et venait d’être évacué dans la capitale française pour y être soigné. Une information confirmée à RFI par plusieurs cadres de son parti, l’URD. Sa famille l’a également confirmé à l’agence de presse AFP.

Selon l’un de ses proches, Soumaïla Cissé était à Niamey lorsque son état a nécessité qu’il soit évacué vers Paris. Il est ensuite décédé des suites du Covid-19.

« C’est dur, c’est très dur », commente sobrement l’un de ses amis, membre de son parti, l’URD. Soumaïla Cissé venait de retrouver la liberté, il avait été libéré début octobre après avoir été retenu en otage pendant six mois par al-Qaïda au maghreb islamique.

Chef de l’opposition, en campagne électorale pour les législatives au moment de son enlèvement, ce natif de Tombouctou, était déjà donné grand favori de la future élection présidentielle malienne. Celle qui, d’ici quinze mois, devra sceller la fin de la période de transition, ouverte après le coup d’État du 18 août dernier.

« C’est une terrible nouvelle pour notre pays », a indiqué Moussa Mara, l’ancien Premier Ministre.

Ancien ministre et ex-président de l’Uemoa, l’Union économique et monétaire ouest-africaine, Soumaïla Cissé était une figure politique majeure dans son pays mais aussi dans tout le continent africain. Son décès, absolument inattendu, et alors que beaucoup le voyaient déjà prochain président du Mali, est une immense et très triste surprise, aujourd’hui, pour tous les Maliens.

« C’est avec une profonde affliction que j’ai appris le décès de notre frère Soumaila Cissé. Comme moi, des millions de nos compatriotes ainsi que des citoyens d’autres pays sont sous le choc », a réagi le président de transition du Mali Bah N’Daw. « Soumaila Cissé s’en va à un tournant critique de notre évolution en tant que nation. Nul doute qu’en ce moment, le pays avait encore particulièrement besoin de son expérience et de sa sagesse pour relever les défis de l’heure », a-t-il ajouté avant d’adresser ses condoléances.

« Soumaïla était devenu l’espoir d’un avenir meilleur » a soutenu le chef de la transition militaro-civile malienne.

« Je suis effondré. Je n’ai pas de mots pour exprimer les sentiments profonds de douleur, de consternation et de tristesse que je ressens actuellement. Je pense que je ne suis pas le seul. C’est tous les Maliens qui sont effondrés quand ils apprennent cette nouvelle », a réagi pour sa part Choguel Maïga, le porte-parole du M5.

Soumaïla Cissé et lui n’étaient pas du même parti mais ils étaient devenus des alliés politiques. Ensemble, et avec d’autres, ils ont créé le Front pour la sauvegarde de la démocratie, au lendemain de la présidentielle contestée de 2018. « Vous savez, Soumaïla Cissé cristallisait l’espoir de tous les Maliens de toute obédience. Soumaïla Cissé était devenu la torche qui a illuminé l’avenir de notre pays pour ces prochaines années. Les Maliens, dans leur grande majorité, s’étaient réjouis de la libération de Soumaïla. Et en tant qu’homme d’État, il a pris de la hauteur, de la distance avec les débats politiques quotidiens », confie-t-il.

²Soumaïla Cissé était attendu par beaucoup pour la prochaine présidentielle. « Nous avions espéré que c’était pour mieux se préparer pour revenir et faire une véritable rentrée politique en 2021. Et aujourd’hui, nous sommes désemparés. Mais je sais que les Maliens trouveront les ressources nécessaires pour reprendre l’espoir que Soumaïla incarnait », raconte Choguel Maïga estimant que « Soumaïla était devenu l’espoir d’un avenir meilleur ».

Au sein de son parti, l’URD, ses proches regrettent d’avoir perdu un homme « ouvert à toutes les critiques » et « à toutes les propositions » qui « n’a jamais rejeté quelqu’un pour dire : non, ton idée n’est pas bonne », témoigne Diawara Mamadou, secrétaire général adjoint de l’URD, aux côtés de Soumaïla Cissé « depuis 1984 ».

« Il a été arrêté pendant six mois par les jihadistes, il a été relâché… Il était en train, aujourd’hui, de remercier tout le monde pour les efforts que tout le monde a déployés pour lui. Malheureusement, malheureusement… Il est décédé ! Je prie Dieu pour que son âme repose en paix », confie-t-il.

Pour sa part, affligé par cette triste nouvelle, Bah N’daw, le Chef de l’Etat Malien a adressé un message de compassion à ses compatriotes en ces tristes circonstances. « Mes chers compatriotes, c’est avec une profonde affliction que j’ai appris le décès de notre frère Soumaila Cissé. Comme moi, des millions de nos compatriotes ainsi que des citoyens d’autres pays sont sous le choc. En octobre dernier j’ai eu le privilège de recevoir Soumaila Cissé après sa libération. Il m’avait laissé l’impression d’un homme encore plus déterminé et engagé pour son pays. Son optimisme était demeuré intact et sa dure détention de plusieurs mois l’avait comme davantage aguerri. Soumaila Cissé s’en va à un tournant critique de notre évolution en tant que nation. Nul doute qu’en ce moment, le pays avait encore particulièrement besoin de son expérience et de sa sagesse pour relever les défis de l’heure » s’est-il exprimé.

Le Chef de l’Etat malien, en bon musulman, a confié le sort de Soumaila Cissé à Allah et accepté en bon croyant, ce destin inhérent au séjour terrestre. « Maître absolu de nos destinées, Allah Soubhana Wa Talla en a décidé autrement. Nous acceptons sa volonté. En cette douloureuse circonstance, j’adresse, en mon nom et au nom du peuple malien, mes condoléances les plus émues à la veuve du défunt, à ses enfants, à ses proches, à tous ses collaborateurs, et à ses nombreux sympathisants au Mali comme à l’extérieur. Puisse Soumaila Cissé reposer en paix !” a-t-il indiqué.

ARS et RFI.FR

NOS PARTENAIRES

Publicité

SUIVEZ-NOUS SUR:

CONTACTEZ-NOUS

NOS CATÉGORIES

A LA UNE

"Si l'abre savait ce que la hache lui réservait, il ne lui aurait jamais fourni le manche" (Proverbe africain)