Suivez nous sur:

Actualité

Justice- Une haute personnalité fait libérer trois présumés bandits à Daloa et révolte Ouattara

Publié

le

Trois présumés bandits ont retrouvé l’air pur de la liberté grâce à un coup de fil d’une haute personnalité ivoirienne, alors qu’ils étaient en détention préventive dans le cadre d’une enquête portant sur une escroquerie de plus de 2 milliards FCFA au détriment d’une société de négoce de cacao basée à San Pedro.

Selon nos différentes sources à Daloa et San Pedro, l’affaire couve sous des draps chauds dressés par le Président de la République, Alassane Ouattara, qui exige la lumière sur cette rocambolesque affaire qui vient une fois de plus salir sa gouvernance.

Comme si le pouvoir n’avait pas assez de soucis, une haute personnalité du régime a passé un coup de fil utile à la libération de prison de trois présumés escrocs qui avaient entre 2018 et 2020, soutiré un peu plus de 2 milliards FCFA à une société de négoce de cacao, a appris Laurore.net de sources concordantes.

Contacté par laurore.net, une source au sein de l’entreprise n’a pas nié les faits mais préciser qu’un « règlement amiable était survenu, les fonds remboursés. » « Vous savez que l’argent n’aime pas le bruit. Nous avons pu rentrer dans nos fonds par un règlement amiable et pour nous cette affaire était classée, on n’ignorait qu’elle a pris d’autres tournures » a laissé entendre une source en interne, sous couvert de l’anonymat.

Le parent d’un haut magistrat, craint, est cité dans ce dossier financier, parmi les présumés escrocs de milliards FCFA.

C’est qu’entre-temps, informés de cette tactique dangereuse pour l’économie ivoirienne et l’image du pays, les fins limiers des services de renseignement, ont mis la main sur le dossier et saisi le Chef de l’Etat.

La suite a été « chap chap », des Juges du Tribunal de première instance de Daloa, engagés dans l’affaire, auraient selon nos sources été entendus et un, convoqué à Abidjan, au palais de la présidence pour explications.

Une source proche du dossier cite un ministre dans la manœuvre de libération des prévenus.

Le ministère de la Justice et des Droits de l’Homme, à travers l’Inspection générale dirigée par Abo Fodjo, fera sûrement la lumière sur cette affaire suivie par laurore.net. L’impunité n’a que trop duré dans ce pays.

Adam’s Régis SOUAGA

NOS PARTENAIRES

Publicité

SUIVEZ-NOUS SUR:

CONTACTEZ-NOUS

NOS CATÉGORIES

A LA UNE

"Si l'abre savait ce que la hache lui réservait, il ne lui aurait jamais fourni le manche" (Proverbe africain)