Suivez nous sur:

Actualité

Défense et sécurité- Défense et Sécurité- Pourquoi Ouattara a félicité et promu Doumbia, Apalo Touré et Kouyaté Youssouf

Publié

le

Le Général de corps d’Armée Doumbia Lassina demeure à son poste de chef d’état-major général des Armées. Avec lui, le Commandant Supérieur de la Gendarmerie, Apalo Touré Alexandre, qui va arborer désormais 4 étoiles à l’épaule et qui demeure à la tête de la maréchaussée.

A la tête de la Police Nationale, Kouyaté Youssouf, taciturne Directeur Général mais non moins efficace, prend du grade et devient Administrateur Général de Police tout en conservant son poste de Directeur Général de la Police Nationale.

Avec eux, d’autres officiers supérieurs ont aussi bénéficié de la reconnaissance de leurs mérites et ont connu de la promotion. Il en est ainsi pour « le Général de Division KOUAME N’dri Julien Sébastien qui est confirmé Chef d’Etat-Major Général Adjoint des Armées. Le Colonel-major TOURE Mamadou Fama est promu Général de Brigade aérienne. »

 « Le Capitaine de Vaisseau-major KONAN Kouakou Boniface est promu Contre-amiral tandis que Le Colonel-major KOUAHO AMICHIA Edouard est promu Général de Brigade » fait savoir le communiqué du Conseil National de sécurité tenu mercredi 23 décembre 2020.

Ce communiqué mentionne que « Le Colonel-major SORO Kodan Pagaforo est promu Général de Brigade et le Général de Brigade KOUASSI Kaunan René Stanislas est confirmé Commandant Supérieur en second de la Gendarmerie nationale. Le Commissaire Divisionnaire major de police DIAKITE Aboubacar Siriki est promu Contrôleur Général et confirmé Directeur de l’École de Police d’Abidjan. »

Alassane Ouattara est devenu un bon père Noël pour les Officiers généraux de l’Armée ivoirienne, de la Gendarmerie Nationale et de la police nationale chaque fin d’année.

Mais, cette année 2020, les promotions prennent plus de relief par la qualité du travail effectué sous le commandement du Général de corps d’Armée, chef d’état-major général des Armées, Doumbia Lassina.

En dépit du mot d’ordre de désobéissance civile lancé par l’opposition avec à sa tête Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA et de la plateforme des partis politiques de l’opposition, éphémère président du Conseil national pour la transition, l’organe de la rébellion politique du groupe à Bédié, les forces de défense et de sécurité ont su maintenir la sécurité sans en découdre avec les putschistes et leurs hommes de terrain.

A Zatta, dans les environs de Yamoussoukro, un sous-officier de gendarmerie, l’Adjudant Sanogo Seydou a même perdu la vie au cours des manifestations sur la voie publique des jeunes de cette localité.

Des brigades de gendarmerie ont été pillées et saccagées à Béoumi, Brobo, M’batto, des suspects libérés par la horde de jeunes de l’opposition, sans un seul coup de feu.

Le Général Doumbia et les autres commandants des forces de sécurité n’ont donc pas eu à donner le tournis à Alassane Ouattara face à la justice internationale pour une affaire de manifestants tués. Bien au contraire, ce sont les jeunes manifestants de l’opposition qui violentaient les corps habillés.

Pour ce dernier mandant du « bravetchè », il assure le haut commandement des forces de défense et de sécurité, de la confiance de l’Etat par ces promotions et confirmations aux postes.

 

ARS

NOS PARTENAIRES

Publicité

SUIVEZ-NOUS SUR:

CONTACTEZ-NOUS

NOS CATÉGORIES

A LA UNE

"Si l'abre savait ce que la hache lui réservait, il ne lui aurait jamais fourni le manche" (Proverbe africain)