Suivez nous sur:

Actualité

Dabou- Des jeunes Adjoukrou mettent le feu aux habitations des allogènes à Cosrou

Publié

le

Un conflit communautaire a éclaté le dimanche 10 janvier 2021 à Cosrou entre jeunes Adjoukrou et allogènes, apprend laurore.net. Les jeunes Adjoukrou ont attaqué le campement des allogènes et mis le feu à leurs maisons.

Selon des témoins rencontrés à Dabou, c’est suite à la découverte du corps d’un jeune Adjoukrou dans une plantation d’hévéa que la situation a dégénéré.” Le jeune qui était porté disparu a été retrouvé mort dans une plantation d’hévéa. Selon les jeunes de Cosrou, un allogène serait à la base de sa mort. Parce que le corps, au moment de se rendre au cimetière pour l’enterrement, s’est arrêté chez un jeune allogène considéré comme le coupable de sa mort“, affirment ces derniers.

Après l’enterrement de leur camarade, les les jeunes Adjoukrou décident de venger la mort de celui-ci en attaquant le campement des allogènes dans la soirée du dimanche.” On a tous fui pour aller en brousse. Ils ont pillé, détruit ou mis le feu à toutes nos maisons“, confie Kady, une victime, réfugiée à Dabou, à la suite de cette attaque. Comme elle, ils sont plusieurs à s’être réfugiés à Toupah et dans le village d’Ira.

Le même jour, les forces de l’ordre sont intervenues pour ramener le calme, a-t-on appris auprès des témoins. Mais le lendemain, lundi 11 janvier 2021, le conflit a repris avec de nouvelles destructions de maisons des allogènes par les jeunes Adjoukrou. Des renforts de policiers et de gendarmes ont du partir de Dabou pour stopper le chaos.

En dehors des dégâts  matériels, aucune perte en vie humaine n’a été rapporté.” On a eu le temps de fuir quand on les a vu venir de loin. Mais on n’a rien pu sauver“, indique-t-elle. Le département de Dabou est régulièrement secoué par des conflits communautaires dont le dernier date de fin Octobre 2020 qui a fait 21 morts.

I.T

NOS PARTENAIRES

Publicité

SUIVEZ-NOUS SUR:

CONTACTEZ-NOUS

NOS CATÉGORIES

A LA UNE

"Si l'abre savait ce que la hache lui réservait, il ne lui aurait jamais fourni le manche" (Proverbe africain)