Suivez nous sur:

Actualité

Augmentation du prix du pain- Bakayoko Alassane, Président du haut patronat des boulangers et pâtissiers :” C’est une menace à prendre au sérieux”

Publié

le

Selon le président du Haut patronat des boulangers et pâtissiers de Côte d’Ivoire, Bakayoko Alassane, qui était sur les antennes de Radio Côte d’Ivoire, lundi 28 décembre 2020, la menace d’augmentation du prix du pain est à prendre au “sérieux” à cause des difficultés inhérentes au secteur.

Bakayoko Alassane a expliqué que le prix du sac de farine de 2004 à aujourd’hui 2020 est passé du simple au double.” En 2004, la farine était à 9000 FCFA aujourd’hui elle est à 18500 FCFA”, a-t-il révélé.

Comme si cela ne suffisait pas, il précise que le prix actuel pourrait connaître une hausse à partir du 15 janvier 2021 en passant à 20.000 FCFA. “Les boulangers, nous travaillons aujourd’hui vraiment à perte. Quand nous nous asseyons pour faire la comptabilité, vraiment c’est juste (ce que nous gagnons). Notre souci majeur, c’est pas d’augmenter le pain. Nous interpellons les gouvernants, qu’ils nous appellent, nous les boulangers, pour que nous nous asseyons pour en discuter, pour voir réellement le problème dans le secteur de la boulangerie”, a-t-il recommandé.

Outre l’augmentation du prix des intrants, Bakayoko Alassane a mentionné d’autres difficultés auxquelles se trouve confronté le secteur. Notamment la concurrence que leur font des opérateurs étrangers qui, dit-il, arrivent avec des moyens conséquents et l’abrogation de l’article 10 de l’arrêté interministériel du 17 décembre 2014 ordonnée par la commission de concurrence du ministère du Commerce et de l’Industrie. Cet article qui fait injonction de soumettre désormais à déclaration préalable d’ouverture, l’installation et l’extension de boulangeries en tenant compte d’un rayon minimum de 500 m avec la boulangerie la plus proche est jugée d'”entrave à l’expression du libre jeu de la concurrence”.

Selon le patron des boulangers de Côte d’Ivoire, l’abrogation de cet article signe la mort des jeunes opérateurs.” Si l’article 10 est abrogé, je pense que nous les jeunes opérateurs n’auront plus notre mot à dire dans le secteur de la boulangerie“, estime-il.

I.T

NOS PARTENAIRES

Publicité

SUIVEZ-NOUS SUR:

CONTACTEZ-NOUS

NOS CATÉGORIES

A LA UNE

"Si l'abre savait ce que la hache lui réservait, il ne lui aurait jamais fourni le manche" (Proverbe africain)